vendredi 28 novembre 2008

code de suivi de fréquentation


Bilan au 31 Octobre 08



Pour agrandir l'image, veuillez cliquer sur celle-ci.

Réunion du 27 novembre 2008 : SNCF - Régions - Collectif des usagers de la ligne le mans tours

Compte rendu des prises de paroles.

Etaient présents pour le collectif : Michelle DEVEZE, Chantal FROGER, Marjolaine MERCIER, Aurélie MULOT, Jean-Michel GENEVAUX, Alain PAQUET

__________________________________

Mr Bontemps, vice-président pays de la loire : La réunion était prévue initialement au mois de septembre, mais nous avons jugé plus efficace de laisser passer les 2 mois de début d'automne qui sont souvent problématiques. Des problèmes ont ressurgi, mais ils ne sont pas de même nature. Ce sont principalement des poblèmes de matériels, puis, des causes externes, et infra (les retards liés aux travaux d'Arnage représentent 12 des 16 retards du mois). Le problème majeur est le matériel. En second ordre, escale (personnel, correspondances...).

Pour le matériel, souvent les problèmes affectent les anciens modèles des 4300 (patinage, bloquage des roues par apbsence de système ABS et réusinage nécessaire). Pour éviter cela 7 machines modernes (72500) arrivent: 2 en décembre, 5 de plus entre janvier et juin. A partir du 14/12, 85% des dessertes se feront en 72500.

Il y a aussi une augmentation de 33% de l'offre de transport: remise en place le vendredi du corail inter-cité, de nouvelles dessertes.

Mr Berquin, sncf : L'arrivée de machines, nécessite des formations pour le personnel. Actuellement, cela implique un manque de personnel

Alain, collectif : Au delà du nombre de dessertes, il n'y a pas suffisemment de matériel par manque de voitures, et les temps de montée-descente sont d'autant plus long.

Mr Berquin, sncf : pour le train de 16h40 au départ du mans, nous passons de 220 places à 370 places.

Chantal, collectif : On observe une remontée des retards, que se passe-t-il ? La bonne volonté est-elle défaillante ou est-ce la faute à "pas de chance" ?

Mr Berquin, sncf : la faute à pas de chance... il n'y a pas de relachement de la sncf. Vous êtes entendus et écouté. Pas de laxisme. Des brosseuses passent sur les rail.

Alain, collectif: la moyenne de trains à l'heure est -10% par rapport la moyenne régionale. Y-t-a-il un pb de personnes, avec dentes correspondances pour conducteurs et chauffeurs trop court. Par exemple le train au départ de Tours à 7h26, si Vendôme est en retard, cela retarde notre départ.

Mme Cailly, responsable de la ligne : Nous avons travaillé sur ces cas. On met en place des équipes machine-contrôleur-conducteur. Le lundi on ne réutilisera pas le train de Vendôme mais de Loches qui arrive plus tôt. En semaine ce sera le train qui arrive du mans.

Mr Denain, responsable des contrôleurs : Nous travaillons sur la désimbrication des roulements : contrôleur et mécano suivent la rame, pour éviter les transitions. Ce travail socialement pas facile a été fait.

Chantal, collectif : Une formation du personnel à Tours sur la relation au client était envisagée. Est-elle toujours d'actualité. Compte tenu du comportement surprenant du personnel de l'accueil, elle s'impose!

Mr Berquin, sncf : la formation relation client se met en place.

Mr Bontemps, vice-président pays de la loire : on va être en situation de répondre à la demande. La sncf réfléchit à mettre en place des procédures afin que le personnel puisse anticiper plus vite lorsqu'arrive un défaut.

Mme Cailly, responsable de la ligne : On dispose d'un catalogue d'erreur de gestion, et on essaye pour chacune de trouver des procédures. Comment faire qu'un pb à Caen, ne se répercute pas tout le long de la ligne. Il a été décidé que Le Mans deviendra l'arbitre pour que la logique de ligne soit prioritaire. Il arrive que l'on détecte les problèmes la veille, l'alerte donnée, et la procédure de récupération du matériel venant de Tours peut ne pas être effective. On y travaille.

Alain, collectif: N'oubliez pas de donner l'info sur le quai.

Aurélie, collectif : Elle raconte l'histoire de la grève du 7 octobre. Les deux bus font toutes les gares, en parallèle avec un train. Lors de la grève d'octobre, même sénario. Serait-il possible au départ du Mans que le 17h40 soit un bus omnibus, et 18h20 un bus qui reprend le sillon du train.
La sncf offre de moins bonnes perstations depuis que la loi de service minimum.

Mr Berquin, sncf : Des contraintes du conducteur impliquent que s'il part avec le 16h40 et revient au mans, il peut refaire le 20h19. Si nous faisons le choix du 18h20, qu'un seul trajet peut être assuré.

Chantal, collectif : Lors des jours de grèves et que des bus de substitution sont mis en places, nous demandons que les chauffeurs de bus recoivent les détails de trajet pour éviter les erreurs de parcours.

Mr Pecher, sncf : Il nous faut commander beaucoup d'autocars les jours de grève.

Mr Bontemps, vice-président pays de la loire: Je rapelle que le service minimum est non voulu par les régions, c'est le Prefet qui a été obligé de le mettre en place.

Mme Cailly, sncf : Un car le mans-chateau-tours sera mis en place à 18h20, comme lors de la dernière grève. Nous avons efectué une écriture pour figer les choix en fonctionnement perturbé.

Jean-Michel, collectif : Nous signalons la disparitions des billets TER à destination de château du loir dans les guichets automatiques des gares parisiennes (montparnasse et austerlitz)billet ter à montparnasse.

Pecher, sncf : Un nombre de destinations max est possible dans les distributeurs. Nous regardons à faire les modifications nécessaires.

Michele, collectif : Y-a-t-il une disparition du comité de ligne

Mr Bontemps, vice-président pays de la loire : ils ne se réunissent pas tous 2 fois par an. Mais nous procédons à la mise en place des assises régionales, d'où la préparation par le questionnaire qui vous a été envoyé.

Michèle, collectif : Je m'étonne qu'un seul questionnaire soit distribué, en tant qu'usager je ne peux pas répondre à plein de questions.

Mr Bontemps, vice-président pays de la loire : après une vraie amélioration, un vraie dégradation. Je vous propose deux actions
1) laissons le temps à la sncf de mettre en place le dispositif, laisser le rodage des nouveaux horaires et observer le comportement du nouveau matériel, puis nous programmons une nouvelle réunion début février,
2) on saura début février si cela marche ou non. Fin mars, nous refaisons ensemble le point et ceci devant la presse. Nous relancerons la bataille du train sur Caen-le Mans-Tours : il faut redonner du souffle à la ligne.

Jean-Michel, collectif : Nous organiserons un vote dans le train si en novembre le nombre de trains en retard par jour est supérieur à 2, afin de savoir si les usagers souhaitent reprendre l'utilisation du billet de "retard".

Alain, collectif : les maires souhaitent que les publicités TER et SNCF ne soient plus déconnectées : à Tours faites de la publicité pour aller en bretagne, via notre ligne sans passer par Paris.

Prochaine réunion, le mardi 3 février 18h au Mans (qui est volontaire pour y représenter le collectif ? Nous souhaitons un renouvellement de la moitié des personnes présentes)